Ils ont fait une demande de prêt immobilier : témoignages

Anais, 30 ans (Poitiers)

J’en avais marre de payer des loyers « pour rien », et depuis longtemps, j’avais envie de devenir propriétaire. Dès que je suis passé en CDI, j’ai planché sur la question. Mon salaire n’était pas extraordinaire, mais je savais qu’avec le temps, je gagnerai beaucoup plus. C’est ce qui m’a fait opter pour un prêt In fine. J’avais besoin de mensualités faibles, même si le crédit était plus long. Chaque mois, je ne rembourse que les intérêts, et je sais que d’ici 20 ans je serai parfaitement en mesure de rembourser le capital. C’est une question de milieu professionnel, et d’héritages. J’ai vérifié au moins trente fois avec le [i]simulateur de crédit immobilier [/i]: mon projet était viable. L’appartement que j’ai acheté est vraiment super : parfaitement agencé, en centre-ville. Il a déjà pris de la valeur. J’ai vraiment bien fait de me lancer. Si c’était à refaire ? Je recommencerai sans hésiter !

Laura, 41 ans (Roanne)

Avec Francis, on savait qu’on voulait vivre à la campagne. Quitter la ville… Grâce à nos activités professionnelles de freelance, c’était possible. Par contre, on avait peur de ne pas réussir à trouver une maison pas chère, et un crédit maison. On voulait devenir propriétaire, il était hors de question de rester locataire; c’est une question d’état d’esprit. On a mis de côté plusieurs années pour avoir un apport personnel intéressant, puis on a regardé avec le simulateur emprunt, pour avoir une estimation prêt immobilier. La formule qui nous convenait le mieux, c’était le prêt amortissable classique, sur 25 ans. Vu qu’on est indépendants tous les deux, Francis a préféré faire appel à un courtier prêt immobilier, pour être sur de réussir à obtenir un prêt. On a repéré une petite maison, en longère, dans la région qui nous intéressait. Le courtier nous a trouvé un prêt vraiment bien, avec des mensualités raisonnables. On est devenu propriétaire juste après la naissance de notre second enfant !

René, 53 ans (Montauban)

Vendre pour acheter, ça peut être une galère : la date de vente ne correspond pas forcément à celle d’achat. On ne voulait pas prendre le risque de se retrouver sans fonds alors qu’on devait payer le nouvel appartement. La seule solution, c’était le prêt relais. Le principe est super simple : on vous prête de quoi faire le lien. Pour une durée assez courte, vous bénéficiez de la somme que la vente de votre bien va vous rapporter. Comme ça, vous pouvez directement acheter, surtout si, comme nous, c’est une super affaire et qu’elle risque de s’envoler rapidement ! Pas besoin non plus d’exercer une pression sur les acheteurs potentiels de votre bien : il faut leur laisser le temps de décider. Je travaille dans la marine, et ma femme est dans la police. On peut bénéficier d’un prêt immobilier fonctionnaire très intéressant. On a donc contracté un prêt relais et tout s’est très bien passé.

 

pret-immo-ils-temoignent